Inscrivez-vous à Notre NewsLetter


×

Accompagnement des start-up : Le New Work Class, un cas d’école

Mercredi 22 Fevrier 2017 - Par admin

Fatim Zahra Biaz

En l’espace de deux années, le programme New Work Class devrait accompagner 120 porteurs de projets. 

C’est un truisme de rappeler que la multiplication des TPME innovantes et des start-up est un vecteur de développement économique, avec à la clef la réduction du chômage de masse des jeunes et la promotion de l’innovation. Or, il est difficile, voire impossible, d’augmenter le stock de ces deux catégories d’entreprises sans l’émergence d’entités de soutien dédiées. C’est à ce titre que le New Work Class (NWC), programme d’accompagnement qui a vu le jour grâce à l’initiative de Fatim Zahra Biaz, en partenariat avec OCP Entrepreneurship, revêt une importance plus capitale. Pour rappel, OCP Entrepreneurship Network est appuyé par la Fondation OCP, qui s’attèle à faire émerger les écosystèmes entrepreneuriaux marocains. Cela dit, il convient de faire remarquer que le NWC, qui revendique le rôle d’accélérateur et de développement d’entreprises inno-vantes, a pour objectif d’ac-compagner 120 entrepreneurs sur 2 ans. D’après les chiffres rendus publics, 40 entrepreneurs (soit 27 entreprises) ont été soutenus en 2016 et 80 devraient l’être au terme de l’année en cours. En clair, en l’espace de 84 jours, les jeunes entrepreneurs reçoivent une formation et un suivi personnalisé, avec l’objectif de faire aboutir leurs projets.

L’autre avantage à mettre au crédit de l’initiative pilotée par Fatim-Zahra Biaz est la mise en réseau des entrepreneurs avec des partenaires potentiels, sachant que l’une des plus grandes difficultés des jeunes entreprises est le recrutement du premier client. L’un des motifs de satisfecit des initiateurs du programme au cours de l’année 2016 a trait aux 15 entreprises qui se sont attirées les faveurs des clients. Huit autres sociétés peaufinent leurs produits. Ce qui est notable à souligner, c’est la disponibilité des équipes du New Work Lab au terme du programme, car les lauréats peuvent toujours les solliciter si le besoin se fait sentir. Au-delà du bilan mis en relief précédemment, il faut préciser que les jeunes talents souhaitant se faire accompagner dans le cadre du NWL ont jusqu’au 28 février 2017 pour postuler. ■ 

M. Diao

Paroles de pro : Fatim-Zahra Biaz, fondatrice du New Work Lab 

«Il est clair qu’il est ambitieux de passer de 40 à 80 entrepreneurs accom-pagnés en l’espace d’une année. Mais les équipes de New Work Lab (NWL) sont passionnées par les défis, car l’année dernière, ce n’était pas évident d’ouvrir un nouveau centre et de mettre en place un programme d’accompagnement complet. Et pourtant, les résultats sont là aujourd’hui. Il faut savoir que le New Work Class est une référence et un label pour les entrepreneurs. Par ailleurs, nous ambitionnons de prolonger le dernier délai de dépôt des candidatures prévu pour le 28 février 2017. L’objectif étant de toucher le maximum de jeunes entrepreneurs souhaitant se faire accompagner par le New Work Class. Je tiens aussi à souligner que le Salon des start-up, qui en est à sa deuxième édition, se tiendra le 22 février 2017 à Casablanca. Cette manifestation, qui mettra en lumière 30 start-up innovantes évoluant dans neuf branches d’activité (santé, RH, éducation, immobilier, etc.), devrait enregistrer la présence de 300 personnes. Cela dit, NWL, qui travaille avec la Fondation OCP et avec Inwi par le passé, est à la recherche d’autres partenaires afin de développer l’écosystème entrepreneurial au Maroc». ■ 

Partage RéSEAUX SOCIAUX